Glücksspielbehörde : le nouveau régulateur allemand

L’Allemagne est sur le point de révolutionner son secteur des jeux de hasard. Suite à l’adoption du 4ème traité inter-États sur les jeux d’argent (GlüStV), le pays peut exploiter la branche de l’iGaming. Ce qui nécessite une nouvelle structure de réglementations.

Le Glücksspielbehörde, bientôt en exercice

En Allemagne, la route a été longue pour l’industrie du jeu en ligne. Aux alentours de 2020, les législateurs locaux ont approuvé le traité interétatique sur les jeux d’argent. Permettant aux opérateurs ciblant le pays d’exploiter le domaine virtuel. Le 1er juillet 2021, le décret est enfin mis en œuvre.

De ce fait, les casinos à distance sont officiellement légaux au pays. Bien entendu, un nouveau comité est chargé de réguler ce marché inédit. Dénommé « Glücksspielbehörde », ce régulateur allemand entrera en action le 1er janvier 2023. Cependant, les membres de l’organisation veulent établir certaines procédures dans l’immédiat.

En l’occurrence, la commission envisage un examen approfondi de toutes les règles régissant l’iGaming. De cette façon, elle vérifie si les mesures prises répondent réellement aux besoins des consommateurs et des casinotiers. Autrement dit, l’organisme procèdera à une « évaluation basée sur des données » des dispositifs inscrits dans le traité. En particulier, ceux qui concernent la protection des joueurs.

Assignés à la tête du Glücksspielbehörde, Ronald Benter et Benjamin Schwanke prennent leurs nouvelles fonctions très à cœur. En fait, Ronald Benter est l’ancien chef du département des jeux de hasard et du droit économique communal auprès du ministère de l’Intérieur de Schleswig-Holstein.

La sécurité des joueurs prime

D’après Benter, le but de cette évaluation est de jauger les retombées des mesures de protection instaurées pour les joueurs. Au fur et à mesure de son analyse, le comité soumettra des recommandations aux législateurs afin d’améliorer le GlüStV.

En bref, ce traité comporte des règles plutôt rigoureuses que les opérateurs doivent suivre à la lettre. Par exemple, les utilisateurs allemands ne doivent pas dépasser le seuil de 1€ à chaque tour sur une slot virtuelle. Le document prévoit en outre un plafond de dépôt de 1 000€ par mois.

Ultérieurement, le site de Glücksspielbehörde publiera de plus amples informations sur la sécurité des parieurs et la dépendance au jeu. Ce qui aiderait les exploitants à établir les normes requises pour l’attribution et le maintien d’une licence de jeu. Et par voie de conséquence, à mieux prévenir les risques liés aux jeux d’argent.

Benjamin Schwanke est, quant à lui, persuadé qu’on peut détecter les cas problématiques d’une manière précoce. Pour ce faire, le régulateur collaborera avec des experts en santé et en addiction au jeu. Leur effort conjoint donnera vie à un système d’identification prématurée des joueurs à risque.

Par ailleurs, une nouvelle plateforme est également prévue pour dénoncer toutes formes d’infractions dans le secteur de l’iGaming. Les Allemands sont ainsi en mesure de signaler des activités suspectes perpétuées par les licenciés ou les opérateurs illégaux. Entre autres, ils peuvent notifier des manquements aux règlementations en vigueur concernant les publicités.

Author: blogadmin

Leave a Reply

Your email address will not be published.