Chute significative des offres illégales aux Pays-Bas

La nouvelle politique d’application de l’autorité néerlandaise de régulation des jeux d’argent porte ses fruits. La règlementation a permis de réduire significativement le nombre de sites illégaux de jeux de hasard. De plus, les opérateurs entament le processus de demande de licence avec plus d’enthousiasme.

Une nouvelle loi performante

Pour rappel, les Pays-Bas ont ouvert leur marché légal des jeux en ligne en octobre 2021. Avant ce lancement, les autorités ont demandé aux opérateurs de soumettre une demande de licence. Cela afin de proposer leurs offres en toute légalité.

En outre, une loi plus stricte concernant les jeux à distance est validée en mars 2021. Cette règlementation prévoit d’infliger d’importantes amendes aux fournisseurs illégaux qui envisagent d’exercer sans permis aux Pays-Bas.

Ces mesures visent à protéger d’une part les opérateurs qui investissent du temps et de l’argent pour le respect des lois en vigueur. D’autre part, elles soutiennent les consommateurs, qui peuvent jouer sur les casinos en ligne sans risque.

En ce mois d’avril 2022, le président du conseil d’administration de la KSA, René Jansen, exprime sa satisfaction. Selon lui : « C’était exactement l’intention de la nouvelle loi : l’offre légale devait repousser l’offre illégale. Avec les prestataires légaux, le joueur est assuré d’un jeu équitable et d’une attention à la prévention de la dépendance au jeu ».

En effet, 142 sites illégaux sur 158 ont retiré leurs produits du marché des jeux d’argent néerlandais. Ces mesures font suite aux enquêtes menées par la KSA. Les 16 fournisseurs restants subissent des investigations de suivi et encourent des sanctions.

Toutefois, ces contrevenants se sont vite rétractés. Les joueurs néerlandais ne pouvaient donc plus accéder aux opus présentés par ces plateformes de jeux de hasard.

Un marché prometteur

René Jansen a annoncé cette bonne nouvelle lors de l’évènement annuel de l’industrie du jeu à Amsterdam. Il a aussi souligné l’intérêt que les opérateurs de jeux d’argent montrent pour la licence.

La KSA traite en effet une trentaine de demandes d’autorisation en ce moment. 14 dossiers se sont ajoutés aux 16 en attente. Les dernières requêtes ont afflué vers la fin du mois de mars 2022. Jusqu’ici la KSA a octroyé un permis à 1 demandeur sur 3.

Par ailleurs, le ministre Weerwind, responsable de la politique des jeux de hasard aux Pays-Bas, a promis de revoir la question de la publicité. La KSA estime qu’il y a trop de réclames en faveur des jeux d’argent en ligne.

De son côté, René Jansen déplore le manque de réactivité des opérateurs face à ce problème. Il se déclare « déçu du fait que le secteur des jeux n’ait pas été en mesure d’exercer le contrôle demandé ».

La Kansspelautoriteit prend son rôle de régulateur très au sérieux. Les enquêtes portant contre les 158 sites illégaux de jeux de hasard ne sont pas les premières que la KSA a menées. Depuis sa création, elle reste à l’affût de toute transgression de la loi.

Outre la licence, la KSA vérifie également que les sites de jeux d’argent respectent les mesures concernant le jeu responsable. Enfin, elle contrôle l’application des normes sur la lutte contre le blanchiment d’argent et le terrorisme.

Author: blogadmin

Leave a Reply

Your email address will not be published.